L'Aromathérapie:
Introduction aux huiles essentielles

  Introduction à l'aromathérapie
Comparaisons entre les antibiotiques et les huiles essentielles
  Recommandations sur l'utilisation des HE
 Propriétés, vertus et recettes de la Lavande

 

Introduction aux Huiles Essentielles et à l'Aromathérapie

Les huiles essentielles sont le résultat de la distillation à la vapeur d'eau de l'essence sécrétée par les plantes et arbres aromatiques. Dans le cas du citron, l'essence est récoltée par expression et on ne parlera donc pas d'huile essentielle. Il est possible aussi de récolter les essences par simple incision du végétal (laurier de Guyane) ou par séparation à l'aide de chaleur (térébenthine) mais c'est bien plus rare. Généralement, les essences sont présentes en quantité minime par rapport à la masse du végétal et la distillation est la seule manière de les récolter.

Le rendement est très variable selon les végétaux, avec une incidence notable sur les prix:  il faut ainsi 3000 citrons pour obtenir 1 kg d'essence de Citron, 4 tonnes de pétales de rose pour 1kg d'huile essentielle de Rose de Damas et de 7 à 12 tonnes d'herbes pour la Mélisse citronnelle!  On comprend la tentation de certains producteurs à falsifier leurs huiles... et les dangers inhérents à leur utilisation: il s'agit de concentrations extrêmes!  On les qualifie parfois aussi élogieusement de "substances vitales". Une huile essentielle est uniquement constituée de molécules aromatiques volatiles et ne contient aucun corps gras. Au contraire, elles dissolvent les graisses. Les HE et les essences sont insolubles dans l'eau mais solubles dans les huiles végétales, l'alcool ou l'éther. 

L'Aromathérapie, terme utilisé pour la première fois par le chercheur R.M. Gattefossé en 1928, est l'utilisation à des fins thérapeutiques des essences et des huiles essentielles dont les molécules aromatiques se diffusent dans l'organisme via le sang.  Il ne s'agit donc pas de l'influence des senteurs sur notre psychisme (cela peut jouer avec certaines HE comme la Rose mais d'autres HE ne sentent pas bon).  Il s'agit, comme le définit le Dr Valnet, de l'expression "atomique" de la phytothérapie, science qui étudie les plantes dans leur globalité. Le terme d'aromathérapie est donc plutôt mal choisi et il nuit désormais sans doute à la diffusion de cette thérapie. En effet, qui pense arôme pense aujourd'hui souvent à arômes artificiels. Parler d'aromathérapie à propos des encens ou de parfums d'ambiance est également un abus de langage puisque les molécules doivent être naturelles et préservées de la chaleur pour avoir une quelconque utilité thérapeutique. 

"Les médecins pourraient tirer des odeurs plus d'usage qu'ils ne font, car j'ai souvent aperçu qu'elles me changent et agissent en mes esprits suivant ce qu'elles sont" écrivait Montaigne. L'odorat est en effet notre sens le plus développé et le plus évocateur, puisqu'il est directement relié à la région de notre cerveau responsable de la mémoire. Les 50 millions de cellules qui composent notre système olfactif permettent de distinguer près de 5.000 senteurs différentes qui peuvent s'assembler en des combinaisons infinies. Il est évident que les odeurs influencent notre comportement: si cela sent bon, je me sentirais bien!  L'aromathérapie va toutefois bien au delà des simples bonnes odeurs...

Le Hors Série N°2 du magazine Belle-Santé précise: "L'aromathérapie n'est pas une médecine douce, ni encore moins une médecine parallèle, mais une méthode de soins naturelle complémentaire à la médecine conventionnelle. S'il s'agit de se soigner avec les plantes, pourquoi ne pas utiliser leurs principes actifs les plus puissants, les plus concentrés, c'est à dire leurs huiles essentielles ? La majorité des médicaments, même ceux prescrits par des médecins, sont issus de végétaux. Il s'agit souvent d'extraits ou de molécules synthétisées sur un modèle végétal... Mais on peut aussi faire confiance directement aux plantes." Le Dr. Valnet affirmait que si 5 à 6% des malades devaient utiliser les "Thérapeutiques les plus puissantes même si elles peuvent être nocives"  94 à 95% des autres malades avaient "toutes les chances d'être améliorées considérablement ou guéries par des thérapeutiques naturelles, avec les plantes bien sûr, en traitement de fond ou même en traitement exclusif."

La phyto-aromathérapie est la plus vieille thérapeutique du monde. Les plantes ont toujours été utilisées. La Chine, l'Inde ou la Perse pratiquaient déjà la distillation de plantes il y a des milliers d'années. Ce fût ensuite au tour des Egyptiens, des Grecs et des Romains d'accéder aux bienfaits des plantes. On raconte que le grand médecin Grec Hippocrate, le père de la médecine, faisait brûler des plantes aux forts pouvoirs antiseptiques dans de grands feux à travers Athènes, afin de combattre les épidémies de pestes. Les Arabes découvrirent la distillation au Moyen Age. L'essence de romarin fut isolée vers le XIIIème siècle et, au XVIème siècle, l'essence de lavande était produite de manière industrielle en Provence.  Bientôt, la plupart des essences d'Europe et du Proche Orient furent identifiées. Au XVIIIème sîècle, Feminis créa l'eau de Cologne. Les premières analyses commencèrent au  XIXème siècle. Elles ne sont toujours pas terminées... 

C'est au XXème siècle que des chercheurs (Chamberland, Cadéac et Martindale) démontrèrent le pouvoir antiseptique des huiles essentielles. Mais c'est R.M. Gattefossé puis le Docteur Valnet qui sont considérés comme les fondateurs de l'aromathérapie moderne. Gattefossé découvrit l'intérêt des HE par accident: alors qu'il faisait des recherches en parfumerie, il y eut une explosion et il se brûla grièvement les mains. Il eut alors le réflexe de plonger ses mains dans un récipient rempli d'huile essentielle de lavande. Il fut immédiatement soulagé et sa plaie se guérit très rapidement. Etonné par ce résultat, il décida de consacrer ses recherches aux pouvoirs des huiles essentielles. 

L'action bactéricide et antiseptique des essences naturelles est établie depuis des millénaires (toutes les essences le sont!). Nous savons par exemple que quelques gouttes de citron dans les huîtres les débarrassent en 15mn de 92% de leurs microbes. En diffusion atmosphérique, les HE ont le pouvoir de détruire en 1/2 heure toutes les moisissures et tous les staphylocoques et de diviser par 50 le nombre de colonies microbiennes (Travaux du Pr. Griffon en 1963).  On mesure là tout l'intérêt de l'Aromathérapie dans la prévention des maladies contagieuses de l'enfance et des maladies chroniques des voies respiratoires de l'adulte.  En 1964, le Dr Valnet rappelait que si l'on comptait 5 germes microbiens au mètre cube dans la forêt de Fontainebleau , il y en avait 20 000 dans un appartement parisien, neuf millions au salon de l'auto et sans doute beaucoup plus encore dans un hôpital.  Une table de travail portait cinq millions de microbes au mètre carré et une moquette neuf millions. Gageons que ces chiffres ont encore augmenté du fait de la pollution...

Livre du Dr. Valnet >>

Au delà de ces vertus désinfectantes, les propriétés des HE sont multiples: antivirales, antiparasitaires, antitoxiques, antivenimeuses, antirhumatismales, stimulantes, apaisantes, digestives, apéritives, aphrodisiaques, etc.  Il existe autant de vertus et de propriétés qu'il existe de plantes et même davantage!  En effet, les propriétés de chaque HE varient en fonction du pays de récolte, de l'altitude, de l'ensoleillement, des conditions de récoltes, de la qualité de la distillation, du stockage et de l'utilisation qui en est faite. La précision s'impose en aromathérapie!

Terminons cette brève introduction en soulignant un intérêt supplémentaire à l'utilisation des HE: leur pouvoir ne s'estompe pas avec le temps, au contraire des substances chimiques dont il faut sans arrêt augmenter la dose du fait de l'accoutumance de l'organisme. Les HE ne se contentent pas de juguler les phénomènes infectieux mais elles renforcent également les défenses de l'organisme.  Elles agissent sur l'organisme dans sa globalité!

Connues depuis la nuit des temps, le 21ème siècle verra-t-il enfin l'avènement des huiles essentielles dans une gestion naturelle de la santé ? Elles restent pour l'instant en retrait, éclipsées par la puissance des industries pharmaceutiques et de la médecine allopathique conventionnelle.  Le Docteur Taylor de l'Université d'Austin a pourtant affirmé que les huiles essentielles offrent tellement de composés que tous les chimistes du monde ne pourraient en égaler le nombre avant mille ans d'efforts!  Une HE contient en moyenne 75 molécules actives différentes alors que l'on ne peut évaluer les interactions que de trois molécules au maximum dans le médicament de synthèse... La déforestation massive et la pollution posent aussi de sérieux problèmes au développement de cette voie de la nature: les huiles sont amenées à devenir de plus en plus rares et donc de plus en plus  chères...  Profitons-en donc, tant qu'il en est encore temps...

 

Comparaison en sept points entre les antibiotiques et les huiles essentielles
Tiré de L'Aromathérapie exactement, Editions Roger Jollois

1. Historiquement [...] l'apparition des antibiotiques dans l'évolution globale de l'humanité ne représente pas la durée d'un "clin d'oeil". Les plantes aromatiques, elles, ont toujours fait partie de l'environnement naturel de l'être humain, et leurs usages [...] est une constance retrouvée dans toutes les ethnies, à toutes les époques, et sur tous les continents.

2. Chimiquement, les antibiotiques sont constitués d'une molécule unique [...] Les essences sont, elles (pour la plupart) constituées de multiples molécules leur conférant des propriétés variées.

3. A l'origine, les antibiotiques sont également issus d'êtres vivants, mais principalement de moisissures hétérotrophes, tirant leur énergie de la dégradation de substances organiques. Les essences, elles, sont issues du métabolisme de plantes supérieures, chlorophyliennes, donc autotrophes [...]

4. Dans la mesure où l'antibiotique est constitué d'une seule molécule, il est aisé pour une bactérie de synthétiser une enzyme, ou une autre molécule, le rendant inactif [...] Cela ne se produit jamais avec les traitements aromatiques [...]

5. La molécule synthétique permet seulement une action bactériostatique ou bactéricide. L'huile essentielle va au-delà [...] et agit parallèlement sur l'organisme tout entier.

6. [...] Outre l'apparition de phénomènes d'antibiorésistance, et la création de souches bactériennes mutantes redoutables [...], certaines molécules antibiotiques présentent une toxicité sévère [...] Les huiles essentielles, utilisées selon des normes précises, donnent lieu à des "effets secondaires bénéfiques" à l'ensemble de l'organisme, et la flore symbiotique [...] est respectée. Enfin, le système immunitaire voit son activité modulée dans le sens le plus favorable à la défense et à l'épanouissement de l'organisme.

7. En pharmacie et en médecine, à juste titre, une distinction est établie entre les produits à usage externes et ceux destinés à être introduits dans l'organisme [...] En aromathérapie, la voie interne et la voie cutanée sont, en permanence, conjointement utilisées [...] La quasi-inexistence d'inconvénients dans des conditions normales d'utilisation montre que les molécules aromatiques (d'origine naturelle) sont, dans l'immense majorité des cas, parfaitement bien acceptées par l'organisme.

 

Recommandations sur l'utilisation des huiles essentielles

Les Huiles Essentielles ne sont pas des substances anodines mais extrêmement puissantes. De nombreuses précautions doivent être liées à leurs utilisations. Les produits déjà constitués tels que les complexes pour diffuseurs ou les huiles de bains ou de massages ne présentent pas de gros risques car les dosages ont été réalisés par des professionnels. Il n'en va pas de même avec les HE pures...


Comment choisir une bonne Huile Essentielle ?

Pour commencer, n'achetez vos Huiles Essentielles que chez un revendeur sérieux et jamais à la sauvette, sur un marché par exemple. Ensuite, observez l'étiquette ou le flacon. Un certain nombre d'indications doivent y figurer:

- la mention "Huile 100% pures et naturelles"

- l'espèce botanique exacte de la plante distillée : il s'agit d'un nom latin composé du genre (ex: Lavandula), d'une épithète qualificative (ex: spica, vera, hybrida, angustifolia,...) et parfois de la variété de la plante (ex: var. fragrans, clone abrialis,... Le nom exacte sera ainsi Lavandula angustifolia ssp. angustifolia (en français: Lavande officinale ou vraie) ou Lavandula x burnatii briquet super clone (en français: Lavandin Super). Ce n'est pas simple mais il n'y a pas le choix lors que l'on réalise qu'il y a par exemple plusieurs centaines de variétés d'Eucalyptus...

l'organe producteur (o.p.) : certaines plantes sont distillées entières mais d'autres produisent des HE très différentes selon l'organe utilisé: les feuilles, les fleurs, les rameaux, les écorces, les zestes, les graines, les semences, les pépins, les herbes, les boutons floraux,...

- les spécificités biochimiques (s.b.) ou principes actifs: elles dépendront, pour une même plante, du pays d'origine, du sol, du climat, de l'altitude, de l'ensoleillement, etc.  Produit au Maroc, en Provence ou en Corse, le Romarin officinal produit trois HE aux propriétés très différentes. On précisera donc Rosmarinus officinalis s.b. 1,8 cinéole, s.b. camphre ou s.b. acétate de bornyle, verbénone.  Ouf!


<< Diffuseur de J. Paltz

Enfin, il faut savoir que les HE les plus efficaces d'un point de vue thérapeutique sont, dans l'ordre, de qualité sauvage (c'est lorsque les plantes ont dû se battre pour pousser qu'elles possèdent les principes actifs les plus puissants), puis de qualité biologique, puis seulement de qualité normale.  La norme HEBBD est un logo marketing spécifique à la marque Phytosun qui signifie Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie. Il s'agit d'huiles de qualité normale et non biologique.

Vous prendrez enfin garde à ce que le flacon soit bien hermétiquement fermé et que l'huile soit à l'abris de la lumière (le flacon doit être en verre coloré) et de la chaleur. Dans de bonnes conditions, une huile essentielle se conserve 5 ans et les essences de Citrus 3 ans. Les plantes en état se conservent 2 ans seulement.

 

Comment utiliser les Huiles Essentielles ?

Bénéficiant d'une haute diffusibilité, les HE peuvent s'utiliser de cinq manières différentes: la diffusion atmosphérique, l'inhalation, la voie cutanée (massages ou bains), la voie orale et la voie rectale. Les HE ne doivent jamais être utilisées par d'autres voies et notamment par voies intra-veineuse ou intramusculaire.

Ensuite, il convient de regarder les huiles individuellement: certaines acceptent la diffusion, d'autres non (les HE à phénols par exemple), certaines peuvent être appliquées pures sur la peau, la plupart non, certaines sont comestibles, d'autres toxiques!  Le dosage est également d'importance. «Tout est poison, rien n'est poison » disait Paracelse.

- La diffusion atmosphérique: C'est une utilisation facile et très efficace mais encore faut-il avoir un diffuseur qui ne brûle pas les HE et brise correctement les molécules dans l'atmosphère. C'est loin d'être toujours le cas!  Pour des raisons de coût, d'efficacité et de précautions, on s'orientera de préférence vers des complexes d'HE déjà constitués. Attention: la diffusion est contre-indiquée dans le cas d'allergies respiratoires ou d'asthme. On ne diffusera pas non plus dans la chambre d'un bébé en sa présence mais 10 minutes avant.

- L'inhalation: Il suffit d'ajouter quelques gouttes d'HE à un bol d'eau chaude et de respirer les vapeurs, une serviette sur la tête. Une inhalation sèche est aussi possible en déposant quelques gouttes sur un mouchoir propre que l'on respirera profondément.  Ne pas mettre d'HE directement sur l'oreiller: mieux vaut pouvoir contrôler son inhalation et il y a toujours un risque de contact avec les yeux.  Toutes les huiles ne sont pas non plus indiquées. Dans le doute, abstenez-vous toujours de respirer profondément un flacon d'HE. 

- La voie cutanée: Peu d'huiles peuvent être appliquées directement sur la peau. Les HE riches en phénols sont particulièrement agressives. On utilisera généralement une base d'huile végétale dans laquelle on incorporera un faible pourcentage d'une ou plusieurs HE (50 à 100 gouttes d'HE pour 10cl d'HV). Là encore, des huiles de massages déjà constituées peuvent être plus pratiques et moins risquées. En ce qui concerne les bains, il est important de se rappeler que les HE ne se dissolvent pas dans l'eau! Il convient de les solubiliser dans un excipient approprié (jaune d'oeuf, lait en poudre,...) afin de ne pas provoquer des irritations ou des brûlures cutanées. A nouveau, on pourra préférer des solutions déjà prêtes à l'emploi.

- La voie orale: C'est la voie royale pour les HE pures mais la voie de tous les dangers. Attention: certaines HE sont toxiques! C'est notamment le cas des HE riches en cétones et en lactones. Pour les autres, on prendra soin de rester très modeste dans son dosage et de ne pas dépasser quelques gouttes par jour (2 gouttes 3 fois par jour au maximum). Si l'HE est appropriée, les effets doivent déjà se faire ressentir avec 1 à 2 gouttes. On ne les avalera jamais pures. Afin de ne pas se brûler les muqueuses, on mettra ces gouttes sur un comprimé neutre, une cuillérée de miel (plutôt que de sucre) ou dans ses boissons.  La recette du Dr Valnet: 2 à 5 gt. par cuillère à café de miel, le tout dilué dans un demi-verre d'eau tiède ou de tisane, une à trois fois par jour. Une précision toutefois: cela a souvent mauvais goût! On ne les prendra qu'exceptionnellement et sur de très courtes durées. On évitera cette forme d'absorption sur un estomac vide et chez les personnes atteintes d'affections inflammatoires des voies digestives hautes.

Les huiles essentielles de Jacques Paltz >>

Il est aussi possible d'incorporer certaines HE dans son alimentation: dans de l'huile d'olive extra vierge par exemple, à raison de 20 gouttes pour 1/2 litres d'huile (basilic, origan, romarin, thym,...), dans les gâteaux ou les glaces à raison de 4 gouttes pour 500 gr de pâte ou de 2 gouttes par litre d'eau (les agrumes, la vanille,...)

- La voie rectale:  c'est la voie de préférence pour les enfants et les nourrissons ou alors les personnes fragiles des muqueuses digestives. Evidemment, il ne peut s'agir d'automédication et les suppositoires devront être préparés et prescrits par un médecin aromathérapeute.

 

Autres précautions générales...

- Ne jamais laisser les flacons d'HE à la portée des enfants
- Les HE doivent être conservées à l'abris de l'air et de la lumière afin d'éviter qu'elles ne s'évaporent ou ne s'oxydent.
- Soyez prudent si vous souffrez d'allergie. Les diffusions atmosphériques sont ainsi contre-indiquées dans le cas d'états asthmatiques.
- Ne pas utiliser d'HE durant les trois premiers mois de grossesse. Seul le médecin aromathérapeute peut les prescrire.
- Soyez prudent quant à l'utilisation des HE chez les bébés et les jeunes enfants, les femmes enceintes et les femmes qui allaitent, les épileptiques et les personnes atteintes d'hépatite. Dans le doute, abstenez vous et consultez un médecin!
- Thérapeutes, attention à l'overdose si vous utilisez des HE avec chaque patient. Vous risquez de développer des maux de têtes, vertiges, nervosité, toux, etc.  Pour un usage régulier, préférez des substances plus neutres. 
- Toujours se laver les mains après application une cutanée ou un massage.
- Evitez l'exposition au soleil après l'utilisation d'HE photosensibilisantes, comme les agrumes, afin de ne pas tâcher irrémédiablement votre peau!
- L'HE de menthe poivrée ne doit jamais être appliquée sur une zone cutanée étendue ou utilisée dans le bain: réaction glacée. Pour les autres huiles, toujours tester sa sensibilité avec de faibles doses: une goutte du mélange huile végétale + HE sur votre poignet pendant une nuit.
- Les zones ano-génitales, les yeux, le nez et le conduit auditif ne doivent jamais faire l'objet d'application d'HE pures. En cas de contact avec les yeux, n'utilisez pas d'eau (les HE ne se dissolvent pas dans l'eau!) mais de l'huile végétale, sur un coton ou directement sur le globe oculaire.
- En cas d'absorption accidentelle, ne jamais faire boire d'eau mais essayez de faire vomir en ingérant de l'huile végétale (1 à 3 cuillères à soupe d'huile d'olive, de tournesol, etc). Si la dose est importante ou s'il s'agir d'enfant, contactez le Centre anti-poison le plus proche.
- Ayez toujours un flacon d'huile végétale à proximité de vos HE. On ne sait jamais...

Dans tous les cas, consultez votre médecin en cas de doute ou de pathologie sérieuse.

 

Propriétés, vertus et recettes de la Lavande
Lavandula angustifolia

 

La première H.E. de la trousse familiale: elle possède plus de 300 principes actifs et est très bien tolérée, y compris chez les jeunes enfants. La panacée universelle ?

Organe producteur : sommités fleuries
Famille: Lamiacées
Pays d'origine : France et Méditerranée
Parfum: odeur de... lavande, douce et fine, sucrée, stimulante et pénétrante
Propriétés : Calmante, sédative, antispasmodique puissante, décontractante musculaire, hypotensive, anti-inflammatoire, antalgique,...
Indications : Stress, insomnie, anxiété, troubles du sommeil, angoisses, crampes, brûlures, plaies, dermatoses,... 

Quelques applications:
Etats nerveux: 20 gt. dans 2 c. à soupe d'huile végétale; verser dans le bain tiède sous le robinet; se relaxer 20 minutes; se coucher (www.amabilia.com)
Anxiété des personnes hypersensibles: 10 gt. + 3 gt. Camomille noble + 1 gt. Néroli dans 10 ml d'HV Amande douce. Quelques gt. en massage du plexus solaire et de la voûte plantaire le soir au coucher. (Editions MDB)
Otite : 2 gt. sur coton (pas d'ouate) et introduire au début du conduit auditif. Ne pas verser d'HE pure ou diluée directement dans l'oreille sans connaître l'état du conduit auditif!  (www.amabilia.com) / La Lavande officinale et la Lavande aspic sont les seules HE qui peuvent théoriquement s'utiliser sans danger dans le conduit de l'oreille, diluées dans une huile végétale grasse (noisette, ricin) : mélanger 2 gt. d'HV à 2 gt. d'HE (www.labo-hevea.com)
Hypertension ou migraines : 3 à 5 gt. en application sur les tempes, la nuque et les poignets (www.amabilia.com)
Stress, troubles du sommeil de l'enfant, angoisse: 1 ou 2 gt. en massage sur le plexus solaire et les poignets (Editions MDB)
Stress, trouble de l'endormissement: 10 gt. + 3 gt. Géranium + 5 gt. Oranger Amer dans 15 ml d'HV Amande douce. Quelques gt. en massage du plexus solaire et de la voûte plantaire (Editions MDB)
Stress, insomnie: masser les poignets, la colonne vertébrale et le plexus solaire avec un mélange de Ravensare et de Lavande officinale (Editions MDB)
Brûlures: 40 gt. dans 100 ml d'HV de Macadamia (Editions MDB)
Piqûres d'insectes (soins): quelques gt. directement sur la peau, avec de l'HE de Citronnelle de Ceylan (Editions MDB)
Acné purulente: 1 gt. + 1 gt. Laurier Noble en application sur boutons 3-4x par jour (Editions MDB)
Crevasses: quelques gt. + quelques gt. Ciste dans 5 ml d'HV de Germes de Blé (Editions MDB)
Toux sèche et trachéites: 10 gt. + 10 gt. Cyprès + 10 gt. Ravensare dans 15 ml HV Macadamia. Quelques gt. en massage sur la poitrine et le cou plusieurs fois par jour (Editions MDB)
Tête légère: 5 gt. dans une cuillère à café d'Huile de massage. Trempez vos index et massez vos tempes. Effet quasi immédiat (Dr. Valnet)
Petites brûlures ou coups de soleil: 80 gt. + 20 gt. Géranium rosat dans 50 ml d'Huile de massage. Appliquer rapidement. (Dr. Valnet)
Eloignement des mites et bonne odeur pour le linge: 4 gt. sur un coton ou un morceau de bois dans l'armoire (Dr A. Zhiri)
Sommeil rapide et réparateur: 2 gt. sur le revers d'un col de pyjama (Dr A. Zhiri)
Migraines: 2 à 3 gt. dans une cuillère à café d'HV. Se masser les tempes. (Belle-Santé magazine)
Rhumatismes: 50 gt. + 50 gt. Camomille dans 10 cl d'HV, massage des articulations (Belle-Santé magazine)
Anémie et fatigue physique: 5 gt. + 10 gt. Citron + 5 gt. Tea-Tree dans une base pour bains, 20 minutes (Belle-Santé magazine)
Anti-poux: 200 gt. + 100 gt. Eucalyptus radiata dans 50 cl de vinaigre d'alcool. Frictionner la tête de vos enfants avant le départ pour l'école (Belle-Santé magazine)
Bleus et ecchymoses: 5 gt. + 5 gt. Géranium rosat dans une cuillère à café d'HV. Masser en douceur. (Belle-Santé magazine)
Brûlure, coupure ou écorchure: 30 gt. + 50 gt. Géranium rosat + 20 gt. Tea-Tree dans 5 cl d'HV. En lotion ou compresse (Belle-Santé magazine)
Piqûres d'abeille ou de guêpe: retirer le dard et verser directement 1 gt. sur la piqûre  (Belle-Santé magazine)
Brûlures: passer la brûlure sous l'eau du robinet et laisser l'eau couler pendant au moins 5 minutes. Si la brûlure est modérée, appliquer ensuite le mélange suivant: 5 gt. + 2 gt. Niaouli dans une cuillère à soupe de miel (Belle-Santé magazine)
Vertiges: 20 gt. + 10 gt. Menthe poivrée + 2 gt. Basilic dans 4 cuillères à soupes de gros sel, dans un petit flacon. A respirer (Belle-Santé magazine)
Angines: 1 gt. + 1 gt. Tea-tree dans un verre avec une demi-cuillère à café de sel fin, remplir d'eau tiède et utiliser en gargarisme, sans avaler (Belle-Santé magazine)
Coup de chaleur: quelques gt. sur un mouchoir trempé dans de l'eau froide, appliquer sur le front et renouveler dès que le mouchoir est chaud. Ou alors 20 gt. dans base pour bains, 20 minutes dans un bain presque froid (Belle-Santé magazine)
Egratignures, désinfectant pour plaies: 30 gt. + 30 gt. Tea-tree dans 10 cl de vinaigre de cidre et 10 cl d'eau bouillie (Belle-Santé magazine)
Anti-poux: 10 ml dans 50 cl de vinaigre d'alcool. Frictionner chaque matin le cuir chevelu de vos enfants (Belle-Santé magazine)
Migraine: 5 gt. + 5 gt. Menthe poivrée dans un demi-verre d'eau. Tremper son mouchoir et appliquer sur le front (Belle-Santé magazine)
Déprime mensuelle des femmes: 30 gt. + 50 gt. Petit grain bigarade + 20 gt. Lavandin dans 10 cl d'HV. Se masser les tempes et la nuque par petits mouvements circulaires (Belle-Santé magazine)
Barrière anti-virale: 5 gt. + 10 gt. Ravensare + 5 gt. Niaouli dans une base pour bains, 20 minutes. Puis se masser l'épiderme avec l'huile suivante: 30 gt. + 50 gt. Ravensare + 20 gt. Tea-tree dans 10 cl d'HV (Belle-Santé magazine)
Bouffées de chaleur, irritabilité et douleurs inexpliquées lors de la ménopause: 20 gt. + 50 gt. Ylang-Ylang + 20 gt. Cyprès dans 10 cl d'HV. En massage du plexus solaire, des tempes, de la nuque et du bas ventre, plusieurs fois par semaine (Belle-Santé magazine)
Massages anti-crampes: 25 gt. + 50 gt. Pamplemousse + 25 gt. Genévrier dans 10 cl d'HV. Massages des mollets et des muscles en général. Ne pas s'exposer au soleil. (Belle-Santé magazine)
Convalescence et renforcement défenses immunitaires: 5 gt. + 10 gt. Orange douce + 5 gt. Citron  dans une base pour bains. Ne pas s'exposer au soleil. (Belle-Santé magazine)
Bain purifiant contre douleurs articulaires, infections respiratoires et quelques kilos en trop: 3 gt. Origan + 3 gt. Genévrier + 3 gt. Citron + 3 gt. Cyprès + 3 gt. Pamplemousse + 3 gt. Lavande dans une base pour bains. Respirer profondément pendant le bain et masser vos rondeurs. 20 minutes. (Belle Santé magazine)

Remarques: Il existe des centaines de variétés de lavandes. La lavande doit être de qualité: si l'huile a la couleur de la plante, c'est que le produit est falsifié!  Elle est aussi souvent falsifiée par du Lavandin ou des Lavandes clonales. La meilleure qualité de lavande pousse au-delà de 1 000 m d’altitude, par exemple dans les Alpes, où elle reçoit un air, une lumière et une chaleur précieux pour sa qualité.

 

Page réalisée avec

Le plus grand choix en Aromathérapie
Nombreuses recettes sur le site www.oasis-centre.com





Le Guide du Bien-être à Genève est publié par l'Association Suisse Bien-être (ASBE)
Tél: 022 320 8886 (Mer et Jeu 15h à 17h)
, info@guidebienetre.com, accueil, Inscriptions

© Copyrights Benoît SAINT GIRONS
Toute reproduction de ce site, même partiellement, est interdite sans accord préalable.
L’Editeur et la rédaction ont fait preuve de prudence quand aux informations publiées mais déclinent par avance
  toute responsabilité par rapport à l’exactitude et à l’utilisation des informations fournies sur ce site. 
Les articles et opinions exprimées n’engagent en outre que leurs auteurs.