De la cosmétique au bien-être...
par Fencienne Tu

Article       ► Quelques marques naturelles
 


Les produits chers sont-ils meilleurs ? Les "principes actifs" arrivent-ils jusqu'aux cellules ? Pourquoi les irritations et allergies progressent-elles autant ?

Grâce à La vérité sur les cosmétiques de Rita Stiens (Editions Lpm), vous ne serez plus seule face aux promesses mirobolantes des publicitaires.  Vous y découvrirez notamment la liste des 1200 composants les plus utilisés et leurs risques éventuels pour la santé et/ou l'environnement.

Preuves à l'appui, vous y trouverez aussi la composition des cosmétiques très haut de gamme, des produits vendus en grande surface et des cosmétiques qui se disent "naturels". Surprises et désillusions en perspective...

Comme le livre est difficilement trouvable en librairies (censuré ?), les consommateurs avertis auront intérêts à se référer à la liste des produits du site (en anglais) Environmental Working Group: www.ewg.org

 

 

Prendre soin de sa peau fait partie d’une bonne hygiène de vie

Associés à la cosmétique, les soins de beauté sont encore souvent dénigrés par les professionnels des thérapies naturelles.  C’est logique lorsque l’on sait que le terme « cosmétique » vient du grec « kosmos » et signifie « parure », c’est-à-dire « qui embellit et qui décore ».  Il y aurait donc un caractère superficiel dans la cosmétique… 

Dans notre optique du bien-être, un beau corps est d’abord un corps sain.  Si je me sens belle, je me sens bien ! Plutôt que de cacher un manque de contenance et de personnalité, la beauté est ainsi l’expression d’un équilibre et d’une harmonie intérieure.

Avec une surface dépassant 1.80m2 pour une personne de taille moyenne, la peau constitue l’organe le plus étendu du corps.  A travers les innombrables pores qui la composent, son rôle est de tenir lieu à la fois de protection et d’échange avec l’environnement.  Ainsi, prendre soin de sa peau représente aussi bien le début d’une bonne hygiène de vie que son aboutissement et concerne aussi bien les femmes que les hommes. Les produits de soins que nous utilisons doivent être en totale cohérence avec notre manière d’être, à l’instar de notre choix de nourriture et de cadre de vie.

 

L’utilisation des produits de beauté remonte à l’Antiquité

Les premiers écrits sur les produits de beauté remontent à l’antiquité.  La reine Cléopâtre, qui prenait des bains de lait d’ânesse, aurait laissé quelques tablettes intitulées « la Pharmacie du Boudoir ».  Grâce à ces témoignages, nous savons aujourd’hui que nos ancêtres fabriquaient eux-mêmes leurs lotions de beauté.  Ils mélangeaient des huiles et des onguents à des extraits d’animaux, des extraits de plantes et des huiles essentielles.   

Du côté de la Chine Ancienne, les femmes appliquaient du blanc d’œuf sur leur visage, qui en séchant resserrait les pores et affinait les traits.  Elles rinçaient ensuite ce masque fait maison avec du lait de brebis avant d’appliquer sur leur peau une crème contenant de la poudre de perle, afin de donner à leur teint le lustre discret des fameuses perles du Japon. 

Les belles indiennes, quand à elles, utilisaient les ingrédients de la cuisine ayurvédique pour prendre soin de leur peau.  Elles lavaient par exemple leur visage avec du yaourt dont l’acidité permettait un nettoyage en profondeur, et effectuaient régulièrement des gommages avec un mélange de farine de pois chiche et de curcuma.   

Plus proche de chez nous et de notre époque, les produits de soins de la peau étaient fabriqués et vendus par des apothicaires et des parfumeurs dans l’Europe du XVIIème siècle.  Les recettes, jalousement gardées, répertoriaient de savants mélanges de «fiente de petits lézards » à de « l’os de seiche, du tartre de vin blanc, de la poudre de riz, de la rature de corne de cerf, du corail blanc. » 

Les nobles et les aristocrates de cette époque avaient une utilisation des cosmétiques assez particulière. Comme ils ne se lavaient pratiquement pas, les crèmes et les poudres servaient d’avantage d’écran à la crasse que de révélateur de beauté.  Leurs peaux étaient cachées sous un masque blanchâtre et leurs odeurs masquées par des litres de parfums.

 

Le marché juteux de la cosmétique arrive à une saturation commerciale 

Au XXe siècle les produits de soins sont principalement développés par de grands groupes pharmaceutiques et industriels.  Le vieillissement de la population associé à un refus du paraître vieux a entraîné un boom des produits de soins anti-âge.  L’accent est mis sur la performance des ingrédients, essentiellement anti-rides (acide hyaluronique, acide salyctique, extraits de plantes, extraits placentaires, collagène et élastine,…) ainsi que sur l’avancée technologique permettant d’optimiser leur pénétration.   

La vente des produits de beauté est devenue très profitable.  L’industrie cosmétique française génère ainsi l’équivalent de 30 millions de francs suisse par jour !  On trouve surtout ces produits dans les grandes chaînes de parfumeries, les aéroports et les grandes surfaces.  Ils sont innombrables et ont tendance à se ressembler, d’où la difficulté de faire son choix.   

Les campagnes de publicité sont parfois basées sur l’image artificielle de la beauté plastique, plutôt que sur l’éclat naturel qu’un bon équilibre de vie donne à une personne.  Les magazines féminins et les publicités des industriels du cosmétique considèrent encore trop souvent qu’un beau corps est un corps mince et parfait.  Ces représentations idéales sur papier glacé, retouchées par ordinateur, sont à l’origine de nombreux complexes.

 

Une recherche de produits naturels en cohérence avec un besoin de mieux-être 

Qui n’a pas aujourd’hui dans sa salle de bain des flacons qui traînent et dont il ne sait que faire ?  Des produits souvent onéreux, qui déclenchent des intolérances cutanées ou déçoivent après quelques utilisations ?  Après être arrivé à un constat de saturation des produits inutiles, notre siècle voit l’émergence d’une recherche de beauté au naturel, en parallèle avec l’intérêt naissant du public pour le domaine du bien-être.   

Des fabricants mettent ainsi de côté les techniques industrielles pour baser le développement de leurs produits sur des composants naturels.  Bon nombre d’entre eux mettent en avant des extraits de plantes. Les huiles essentielles représentent le haut du pavé en matière d’efficacité.  En effet, contrairement aux autres ingrédients qui se contentent d’agir en surface, les huiles essentielles pénètrent jusque dans l’hypoderme (c’est à dire sous le derme) et la circulation sanguine.  Elles contiennent aussi la plus haute concentration d’éléments actifs de plantes. Il faut parfois plusieurs tonnes de plantes pour obtenir un kilogramme d’huiles essentielles: jusqu'à 4 tonnes de pétales pour la rose de Damas, jusqu'à 12 tonnes d'herbe pour la Mélisse citronnelle!

 

Les nouvelles marques sont souvent présentées dans des espaces de bien-être… 

Les nouvelles marques délaissent les lieux classiques de diffusion où l’aspect commercial et le luxe restent souvent prédominants par rapport à la simplicité et le bien-être. Elles refusent (ou ne peuvent se permettre) de dépenser des fortunes en marketing et préfèrent s’afficher à des prix raisonnables. On les retrouve ainsi souvent dans des centres de bien-être, instituts de beauté, pharmacies et magasins biologiques où les conseils sont davantage axés sur l’hygiène de vie et la santé.   

Avant tout nouvel achat, nous vous encourageons à demander conseil et à essayer un maximum de produits, jusqu’à que vous trouviez ceux qui vous conviennent.  Les échantillons sont là pour être utilisés !  Pour les personnes à la peau sensible, sujette aux allergies, nous vous conseillons d’essayer  les labels biologiques : ils garantissent une absence totale de produits de synthèses, de parfums artificiels, de conservateurs et de colorants.  Visitez aussi les instituts de beauté qui utilisent les produits que vous souhaitez acquérir et testez les lors d’une séance de soins. Méfiez-vous des idées préconçues et faites confiance à vos sens : c’est votre peau qui doit choisir !

 

Pour élargir votre choix, nous vous présentons ci-dessous quelques nouvelles marques. Nous les avons testé et elles nous ont semblé particulièrement intéressantes :

 

Mirra Fleur

Caviar, œufs de saumon, extraits de plantes, huiles essentielles…  ce ne sont que quelques uns des prestigieux composants de la gamme Mirra Fleur, concoctée par des chercheurs de l’ex-URSS reconvertis dans la cosmétique. De plus, un procédé breveté de miocronisation permet une absorption optimale des produits.  A essayer, la crème pour les pieds « Steppes ».  Distribution suisse et soins en institut par Mirra Fleur SA.

 

Biodine

Avec le sérieux du label biologique français Ecocert, ces produits puisent leur force dans une importante concentration d’huiles essentielles, de distillats de plantes et de malachite, un puissant anti-oxydant, anti-radicalaire et régénérant cellulaire.  D’une remarquable finesse, ces produits provoquent un véritable éveil des sens, allié à un réel bonheur pour votre peau.  A découvrir, l’étonnante « Lotion de Beauté ».  www.beautebio.com

 

Thalado

Pour les amoureux de la mer, Thalado conçoit en direct de Bretagne des produits de soins à base d’algues du Finistère.  Une véritable thalasso pour votre peau !  Distribution suisse par Atlantica.

 

Weleda

Spécialisée en produits naturels et biologiques, la marque Weleda est conçue et développée en Suisse.  Malgré une gamme de bain remarquable, on peut regretter le manque de finesse de certains de leurs autres produits, notamment le parfum entêtant de la crème de jour.  Vente en pharmacies, drogueries et magasins biologiques.

 

Lakhsmi

Basée sur les principes indiens de l’ayurveda, la ligne Lakhsmi est déclinée non seulement d’après les différents types de peaux, mais aussi d’après les différentes personnalités.  A base d’huiles essentielles, les crèmes, un peu difficiles à faire pénétrer, sont néanmoins très efficaces.  Distribution suisse par Usha Sàrl.

 

La Maison des Etoiles

Un produit unique et original consistant en une solution d’huiles essentielles à mélanger à une huile végétale.  Le tout présenté sous forme de test : test d’absorption, test intuitif et test olfactif, votre peau choisissant la solution qui lui convient le mieux.  On vous remettra ensuite les 2 flacons à mélanger et à utiliser au moment de la douche.  Ce mélange se chargera à la fois de nettoyer, d’hydrater et de protéger votre peau.  Distribution suisse par La Maison des Etoiles.

 

Nous remercions les maisons qui nous ont permis d’essayer leurs produits. Les autres sociétés sont invitées à nous contacter pour que nous puissions les tester et si possible les rajouter.

 

Fencienne Tu
Gérant du Centre Oasis
Rue du Vélodrome 9, Jonction, Genève
www.oasis-centre.com

 

Si vous souhaitez compléter ou réagir à cet article, contactez-nous!

 


Le Guide du Bien-être à Genève est publié par l'Association Suisse Bien-être (ASBE) & Passions Editions S.A.
Tél: 079 579 5400
, info@guidebienetre.com, accueil 

© Copyrights Benoît SAINT GIRONS
Toute reproduction de ce site, même partiellement, est interdite sans accord préalable.
L’Editeur et la rédaction ont fait preuve de prudence quand aux informations publiées mais déclinent par avance
  toute responsabilité par rapport à l’exactitude et à l’utilisation des informations fournies sur ce site. 
Les articles et opinions exprimées n’engagent en outre que leurs auteurs.