Le toucher du coeur
par Benoît Saint Girons

 

 

« Sous les doigts du masseur, des millions de récepteurs cutanés envoient des influx nerveux vers la moelle épinière qui les répercute à son tour vers le cortex somatosensoriel. L’hypothalamus est alors stimulé et fait sécréter un cocktail d’hormones et de neurotransmetteurs, endorphines, noradrénaline, dopamine, sérotonine et surtout ocytocine. Cette dernière serait l’hormone du plaisir du massage. […] ce peptide provoque chez l’homme une baisse du rythme cardiaque et de la tension artérielle et aurait aussi une action antalgique. Un effet qui perdure quatre à cinq heures » (Le corps qui pense, Sciences et Avenir, Décembre 2003)

En des termes moins abscons, le toucher est indispensable au bien-être ! Privé de caresses ou de contacts physiques, les enfants ne peuvent s’épanouir convenablement. En Asie ou en Afrique, les mamans massent ainsi quotidiennement leurs enfants et développent ensemble un langage universel d’amour au travers du toucher. Le mot masser vient d’ailleurs du verbe arabe mass qui signifie… toucher.

Si physiologiquement parlant, on ne distingue dans le toucher que cinq sensations (le contact, la pression, la chaleur, le froid et la douleur), le sens du toucher implique psychologiquement une multitude de sensations de l’âme : les sentiments. Recevoir un massage est ainsi un moment de pur abandon durant lequel nous nous remettons aux mains de l'autre. Quelques soient les techniques employées, l’objectif sera que le receveur se sente « bien dans son âme et bien dans sa peau ».

Un toucher accidentel est toujours désagréable et les intrusions dans notre bulle personnelle sont généralement synonymes de mal-être. Nous serons ainsi toujours plus prudent vis-à-vis de nos contacts que vis-à-vis de ce que nous regardons ou entendons. Les stimulations physiques seraient-elles par hasard plus importantes que celles du cerveau ?

La plupart de nos touchers concernent toutefois des objets et un environnement. Avoir chaud ou froid sont des sensations du toucher et se sentir bien dans un lieu dépendra ainsi en grande partie du toucher : essayez d’apprécier un lever de soleil dans le froid ou le vent ! La qualité de l’air ambiant relève également du toucher et, comme nous le verrons plus loin, constitue un facteur déterminant de la santé et du bien-être.

Fort heureusement, le toucher est sans doute notre sens le plus malléable et le plus facile à utiliser lorsque nous souhaitons changer de perspective. Se concentrer sur le contact de ses pieds au sol au sein d’une foule étouffante, ressentir la bise du vent ou du soleil sur son corps, prendre conscience du contact de l’eau sur ses mains tout en faisant la vaisselle,… Le sens du toucher offre quantité de sources de distractions, d’évasions et de bien-être.

Il serait ainsi profitable d’explorer son sens du toucher au quotidien : en forêt, allez tater le tronc des arbres, enlaçez-les et ressentez leur différente rugosité ; dans un parc, marchez pieds nus sur le gazon ; dans une pièce, concentrez-vous sur la texture de différents objets ; lorsque vous buvez, fermez les yeux et noyez-vous dans la perception de la fraîcheur ou de la chaleur de la boisson ; lorsque vous vous relaxez, imaginez que votre corps devient lourd, léger et chaud ; etc. Si une sensation est agréable, augmentez sa perception. Si elle est désagréable, détournez-vous d’elle. Et si elle est inexistante, allez à sa rencontre et faites lui la bise...

[...]

Il est aussi possible de se constituer d’excellentes huiles pour la peau en rajoutant quelques gouttes d’huiles essentielles dans une base d’huile végétale. Les huiles essentielles (HE) représentent le haut du pavé en matière d’efficacité. En effet, contrairement aux autres ingrédients qui se contentent d’agir en surface, les huiles essentielles pénètrent jusque dans l’hypoderme (c’est à dire sous le derme) et la circulation sanguine. Elles contiennent aussi la plus haute concentration d’éléments actifs de plantes puisqu’il faut par exemple quatre tonnes de pétales de roses pour obtenir un litre de la Rosa Damascena, excellente pour la peau ! L’arbre à thé, le bois de rose, le géranium rosat, la lavande vraie, le ravensare ou le ylang ylang sont d’autres huiles essentielles (et plus abordables que la rose) pour la peau…



Benoît Saint Girons

Extrait de son livre l'Autre Choix: choisir la liberté et le bien-être. (à paraître)
www.lebienetre.org

 

 

Si vous souhaitez compléter ou réagir à cet article, contactez-nous!

 

 

 


Le Guide du Bien-être à Genève est publié par l'Association Suisse Bien-être (ASBE)
Tél: 022 320 8886 (Mer et Jeu 15h à 17h)
, info@guidebienetre.com, accueil, Inscriptions

© Copyrights Benoît SAINT GIRONS
Toute reproduction de ce site, même partiellement, est interdite sans accord préalable.
L’Editeur et la rédaction ont fait preuve de prudence quand aux informations publiées mais déclinent par avance
  toute responsabilité par rapport à l’exactitude et à l’utilisation des informations fournies sur ce site. 
Les articles et opinions exprimées n’engagent en outre que leurs auteurs.